Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La FERME de la RIBERDERIE

La FERME de la RIBERDERIE

Journal d'une ferme maraichère d'insertion

Une ferme d'insertion lancée dès mars (article NR du 13 02 2015)

Le président Christian Lenne devant l'un des bâtiments actuellement en rénovation de la future ferme d'insertion.

Le président Christian Lenne devant l'un des bâtiments actuellement en rénovation de la future ferme d'insertion.

Ce sera une première dans le département : sous la conduite de l’association cerizéenne Rebonds, une ferme d’insertion fonctionnera dès mars à Boussais.

Créée en 2005, l'association cerizéenne Rebonds œuvre dans le domaine de la protection de la jeunesse, en coopération avec l'aide sociale à l'enfance (ASE) du conseil général. Outre sa Maison de l'enfance qui accueille quinze jeunes au château du Puy-Genest à Cerizay, elle encadre également quinze autres enfants qui vivent dans leur famille tout en étant suivis par des éducateurs. Et depuis janvier, elle gère en plus 18 places en accueil familial.

Mais dans tout cela, « il n'y avait rien de prévu pour les enfants totalement en rupture avec leur entourage, l'école, les familles d'accueil, les foyers, rien de prévu pour les jeunes vraiment tourmentés et déstructurés qui passent de mains en mains », explique Christian Lenne, président de Rebonds. D'où cette idée, née en 2008, d'une ferme d'insertion « qui accueillerait ces jeunes pour qu'ils trouvent des activités afin de les occuper ».

Maraîchage élevages conserverie

Ce projet s'apprête à voir le jour à la ferme de la Riberderie, sur la commune de Boussais, en collaboration étroite avec le Département. Ce sera une première dans les Deux-Sèvres. Sur un terrain d'environ cinq hectares, un bâtiment existant est en cours de rénovation. Un autre bâtiment d'environ 400 m², neuf, sortira bientôt de terre, après des terrassements qui sont également en cours, en lieu et place d'une vieille bâtisse qui a été détruite. Le projet coûte 1,32 M€ (dont 700.000 € de bâtiments) et bénéficie de 257.000 € de subventions publiques et privées, le reste étant fourni par des emprunts contractés par l'association « et qui seront amortis par le fonctionnement de la ferme ».
A terme – « on espère en septembre » – une dizaine de jeunes âgés entre 14 et 21 ans viendront à la Riberderie. « Mais trois ou quatre d'entre eux seront là dès mars pour préparer le terrain ». Grâce à de la traction animale (à l'aide de chevaux), ils participeront à des activités de maraîchage (avec serres), de cuisine-conserverie, de débardage, de travaux d'entretien du matériel et de l'environnement local, de sellerie… Les jeunes devront également s'occuper des chevaux et de petits élevages (poules, canards).
Sur place, ils seront encadrés par des éducateurs, des psychologues et des professionnels du maraîchage, de la conduite des chevaux, de la cuisine et de la conserverie. « Pratiquement toute l'équipe est recrutée. » Le soir, sauf exception, ces jeunes dormiront en familles d'accueil « qui sont salariées de Rebonds ».

nr.bressuire@nrco.fr

repères

La ferme d'insertion de la Riberderie accueillera également ce que les professionnels de la protection de l'enfance appellent un « sas de rupture ». « C'est une chambre, avec douche et toilettes, qui est destinée à des enfants qu'il faut impérativement héberger dans l'urgence ». De ce fait, une autre chambre sera également installée pour un éducateur. Sans oublier les différents bureaux destinés au personnel encadrant. Quant au bâtiment neuf de la ferme d'insertion, il accueillera essentiellement les cuisines et la conserverie.

Xavier Le Roux

Suivez-nous sur Facebook

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article